Le modèle économique

Le Harvard Economic Research Project (1948 -… ) était une extension d’Operations Research. Son propos était de découvrir la science du contrôle d’une économie: au départ l’économie américaine, puis l’économie mondiale. Il fut pressenti qu’avec suffisamment de bases mathématiques et de données, il serait bientôt facile de prédire et de contrôler la tendance d’une économie, aussi bien que de prédire et de calculer la trajectoire d’un projectile. Ceci s’est effectivement avéré être le cas. Plus encore, l’économie a été transformée en un missile guidé vers une cible.
     Le but immédiat du projet Harvard était de découvrir la structure économique, quelles forces modifient cette structure, comment le comportement de la structure peut être prédit, et comment il peut être manipulé. Ce qui était recherché était une connaissance bien organisée des structures mathématiques et des interrelations d’investissement, de production, de distribution, et de consommation.
     Pour faire un résumé de tout cela, il fut découvert qu’une économie obéissait aux mêmes lois que l’électricité, et que toutes les théories mathématiques ainsi que le savoir faire pratique et informatique développé dans le domaine électronique pouvait être directement appliqué dans l’étude de l’économie.
     Cette découverte ne fut pas proclamée ouvertement, et ses implications les plus subtiles furent et sont encore un secret soigneusement gardé, comme par exemple le fait que dans un modèle économique, la vie humaine est mesurée en dollars, ou qu’une étincelle électrique générée à l’ouverture d’un interrupteur connecté à un inducteur actif est mathématiquement analogue à l’initiation d’une guerre.
     Le plus grand obstacle rencontré par les théoriciens de l’économie fut la description précise du ménage en tant qu’industrie. Ceci est un défi parce que les achats du consommateur sont une affaire de choix, qui est lui-même influencé par le revenu, les prix, et d’autres facteurs économiques.
     Cet obstacle fut levé par un moyen indirect et statistiquement approximatif, en utilisant le shock-testing pour déterminer les caractéristiques courantes, appelés coefficients techniques courants, d’une industrie de biens ménagers.
     Finalement, parce que les problèmes en économie théorique pouvaient être traduits très facilement en problèmes d’électronique théorique, et la solution traduite à son tour en sens inverse, il s’en suivit que seul un livre de traduction linguistique et de définition de concepts avait besoin d’être écrit. Le reste pouvait être trouvé dans les travaux ordinaires en mathématique et électronique. Cela rend inutile la publication d’un livre sur l’économie avancée, et simplifie considérablement la sécurité du projet.

Le shock-testing économique

L’une des méthodes d’évaluation des coefficients techniques d’une industrie de transformation consiste à soumettre le prix des produits à un choc, et à noter les changements dans les ventes de tous les produits.
     Non seulement le prix des produits mais aussi la disponibilité du travail peut être utilisé comme moyen de shock-testing. Les grèves fournissent d’excellents shock-tests d’une économie, en particulier dans les secteurs de services critiques comme le transport routier, les communications, les services urbains collectifs (énergie, eau, ramassage des ordures, etc).
     Grâce au shock-testing, il fut découvert une relation directe entre la disponibilité du flux d’argent dans une économie et la réponse d’une masse de gens en fonction de cette disponibilité.
     Par exemple, il y a une relation quantitative mesurable entre le prix de l’essence et la probabilité qu’une personne fasse l’expérience d’un mal de tête, ou ressente l’envie de voir un film violent, fumer une cigarette, ou aller à une taverne pour une chope de bière.
     Le plus intéressant est qu’en observant et mesurant les modèles économiques par lesquels le public essaye de fuir ses problèmes et s’échapper de la réalité, et en appliquant la théorie mathématique d’Operations Research, il est possible de programmer des ordinateurs pour prédire la plus probable combinaison d’événements créés (chocs) qui amèneront à un contrôle complet et à la subjugation du public, à travers une subversion de l’économie publique (en agitant l’arbre à prunes).

Concepts généraux de l’Energie

Dans l’étude des systèmes d’énergie, il apparaît toujours trois concepts élémentaires. Ce sont l’énergie potentielle, l’énergie cinétique, et la dissipation d’énergie. Et correspondant à ces trois concepts, il y a trois contreparties physiques essentielles et idéalisées appelées composants passifs.
     1 – Dans la science physique, le phénomène d’énergie potentielle est associé à une propriété physique appelée élasticité ou rigidité, et qui peut être représentée par un ressort tendu.
     En science électronique, l’énergie potentielle est stockée dans un capaciteur au lieu d’un ressort. Cette propriété est appelée capacitance au lieu d’élasticité ou rigidité.
     2 – Dans la science physique, le phénomène d’énergie cinétique est associé à une propriété physique appelée inertie ou masse, et peut être représenté par une masse en mouvement.
     En science électronique, l’énergie cinétique est stockée dans un inducteur (un champ magnétique). Cette propriété est appelée induction au lieu d’inertie.
     3 – Dans la science physique, le phénomène de dissipation énergétique est associé à une propriété physique appelée friction ou résistance, et qui peut être représentée par un appareil convertissant l’énergie en chaleur.
     En science électronique, la dissipation d’énergie est produite par un élément appelé résistance ou conducteur. Cette propriété est appelée résistance ou conductance.

     En économie, ces trois concepts énergétiques sont associés de la façon suivante:

Capacitance économiqueCapital (argent, stocks à l’inventaire, investissement immobiliers ou en valeurs durables, etc
Conductance économiqueMarchandises (coefficients de flux de production)
Inductance économiqueServices


L’ensemble de la théorie mathématique développée dans l’étude d’un système d’énergie (mécanique, électronique, etc.) peut être directement appliqué dans l’étude de n’importe quel autre système d’énergie (par exemple économique).

Le modèle E

Une économie nationale consiste en des flux simultanés de production, distribution, consommation, et investissement. Si l’on assigne une valeur numérique à tous ces éléments, y compris le travail et les fonctions humaines, avec comme unité de mesure, disons, le dollar de 1939, alors ce flux peut être représenté par un courant circulant dans un circuit électrique, et son comportement peut être prédit et manipulé avec une précision utile.
     Les trois composants énergétiques passifs de l’électronique, le capaciteur, le conducteur (ou résistance), et l’inducteur, correspondent aux trois composants énergétiques passifs de l’économie, appelés respectivement le capital, les biens, et les services.
La capacitance économique représente le stockage de capital sous une forme ou sous une autre.
La conductance économique représente le niveau de conductance des matières pour la production de biens.
L’inductance économique représente l’inertie de la valeur économique en mouvement. C’est un phénomène de population connu sous le nom de services.

Inductance économique

 Un inducteur électrique a un courant électrique comme premier phénomène, et un champ magnétique comme second phénomène (inertie). Correspondant à cela, un inducteur économique a un flux de valeur économique comme premier phénomène, et un champ de population comme second phénomène d’inertie. Quand le flux de valeur économique (c’est à dire d’argent) diminue, le champ de population humaine disparaît dans le but de permettre à la valeur économique de continuer à circuler (cas extrême: guerre).
L’inertie du public est le résultat des habitudes de consommation, du standard de vie désiré, et il s’agit généralement d’un phénomène d’auto-préservation.

Facteurs inductifs à considérer

1- Population
2- Magnitude des activités économiques du gouvernement
3- Méthode de financement de ces activités du gouvernement (cf. Peter-Paul Principle – inflation de la monnaie)
Conversion
 

ChargeCoulombsDollars (1939)
Flux/ courantAmpères (coulombs/ seconde)Dollars de flux par an
Force de motivationVoltsDemande (output) en dollars
ConductanceAmpères par voltFlux annuel en dollars par dollar de demande
CapacitanceCoulombs par voltDollars de production en stock par dollar de demande

Introduction aux amplificateurs économiques

  Les amplificateurs économiques sont les composants actifs de l’engineering économique. La caractéristique de base de n’importe quel amplificateur (mécanique, électrique, ou économique) est qu’il reçoit un signal de contrôle en entrée (input), et délivre de l’énergie à partir d’une source d’énergie indépendante vers un terminal spécifique en sortie (output), dans une relation prévisible avec le signal de contrôle en entrée.
     La forme la plus simple d’amplificateur économique est un instrument appelé publicité.
     Si une publicité TV s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans.
     Un amplificateur économique peut avoir plusieurs entrées ou sorties. Sa réponse peut être instantanée ou différée. Son circuit peut être représenté symboliquement par un interrupteur tournant si ses options sont exclusives, qualitatives, ou binaires (“go” ou “no-go”), ou il peut avoir ses relations paramétriques entrée/sortie spécifiées par une matrice avec les sources d’énergies internes représentées.
     Quelque soit la forme qu’il puisse avoir, son but est de gouverner le flux d’énergie d’une source vers un réceptacle en sortie, en relation directe avec un signal de contrôle extérieur. Pour cette raison il est considéré comme un élément ou composant de circuit actif.
     Les Amplificateurs Economiques se répartissent en des classes appelées stratégies, et, en comparaison avec les amplificateurs électroniques, les fonctions internes spécifiques d’un amplificateur économique sont appelées logistiques au lieu d’électriques.
     De plus, les amplificateurs économiques ne délivrent pas seulement un gain d’énergie mais sont aussi en pratique utilisées pour provoquer des changements dans les circuits économiques.
Dans le design d’un amplificateur économique nous devons avoir une idée d’au moins cinq fonctions, qui sont:
(1) le signal en entrée disponible
(2) les objectifs de contrôle-sortie souhaités
(3) les objectifs stratégiques
(4) les sources de pouvoir économique disponibles
(5) les options logistiques
     Le processus de définition et d’évaluation de ces facteurs et d’incorporation de l’amplificateur économique dans un système économique a été populairement appelé game theory.
     Le design d’un amplificateur économique commence par la spécification du niveau d’énergie de l’output, qui peut aller de personnel à national. La deuxième condition est la vitesse de réponse, c’est à dire la vitesse avec laquelle l’action en sortie est une fonction des commandes en entrée. Un gain élevé combiné avec un fort feedback aident à obtenir la précision requise.
     La plupart des erreurs résideront dans le signal de données en entrée.

Amplification des sources d’Energie

 L’étape suivante dans le processus du design d’un amplificateur économique est de découvrir les sources d’énergie. Les sources d’énergie qui soutiennent tout système économique sont bien sûr la fourniture de matières premières, et le consentement du peuple à travailler, et en conséquence à assumer un certain rang social, position, niveau, ou classe dans la structure sociale (c’est à dire de fournir du travail aux niveaux variés de l’ordre concerné).
     Chaque classe, en oeuvrant à garantir son propre niveau de revenu, contrôle le niveau immédiatement en dessous lui, et ainsi préserve la structure de classe. Ceci fournit la stabilité et la sécurité, mais aussi un gouvernement par le haut.
     Au fil du temps, et de l’amélioration de la communication et de l’éducation, les éléments des classes inférieures deviennent aptes à la connaissance et envieux des bonnes choses que les membres des classes supérieures possèdent.
     Ceci menace la souveraineté de l’élite.
     Si l’ascension des classes inférieures peut être contenue assez longtemps, l’élite peut parvenir à la dominance de l’énergie, et le peuple, par consentement, ne tiendra plus alors une position de ressource énergétique essentielle.
 
     Jusqu’à ce qu’une telle dominance de l’énergie soit absolument établie, le consentement du peuple à travailler et à laisser les autres prendre en main leurs affaires doit être pris en considération, dans la mesure où un échec en ce domaine amènerait le peuple à interférer dans le transfert final des sources d’énergie au contrôle de l’élite.
     Il est essentiel de reconnaître qu’à l’heure actuelle, le consentement du public est encore une clé essentielle pour la distribution de l’énergie dans le processus d’amplification économique.
     Par conséquent, le consentement en tant que mécanisme de libération de l’énergie va maintenant être étudié.

Consentement, la première victoire

Un système d’arme silencieuse opère à partir de données obtenu d’un public docile par des moyens légaux. Davantage d’information est rendue disponible pour les programmeurs des systèmes d’armes silencieuses à travers l’Internal Revenue Service. (voir Etudes de la structure de l’économie américaine pour une liste de sources I.R.S.)
     L’information consiste en la livraison obligatoire de données bien organisées contenues dans les formulaires de taxes fédéraux ou nationaux, collectées, assemblées, et présentées par les payeurs de taxes et les employeurs.
     De plus, le nombre de tels formulaires soumis à l’I.R.S. est un indicateur utile du consentement du public, un facteur important dans la prise de décision stratégique. D’autres sources de données sont exposées dans la Courte Liste d’inputs.
     Les coefficients de consentement sont un feedback numérique indiquant le statut de victoire. Base psychologique: quand le gouvernement est capable de collecter des taxes et de dimensionner la propriété privée sans juste compensation, c’est une indication que le public est mûr pour se rendre et consentir à sa mise en esclavage et à son asservissement légal. Un bon indicateur, facilement quantifiable, de temps plus durs à venir est le nombre de citoyens publics qui payent une taxe sur le revenu en dépit d’un manque évident de réciprocité ou de service honnête de la part du gouvernement.

Diversion, la stratégie première

L’expérience a montré que la méthode la plus simple pour rendre efficace une arme silencieuse et gagner le contrôle du public est de maintenir le public ignorant des principes basiques des systèmes d’un coté, tout en le gardant dans la confusion, désorganisé, et distrait avec des sujets sans importance réelle de l’autre coté.

     Ceci est obtenu en:

     1 – décourageant l’activité de leurs esprits; sabotant leurs activités mentales; fournissant des programmes d’éducation de basse qualité en mathématiques, logique, design des systèmes et économie, et en décourageant la créativité.
     2 – encourageant leurs émotions, augmentant leur égocentrisme et leur goût pour les activités émotionnelles et physiques, en:
     a) – multipliant des affronts et attaques émotionnelles (viol mental et émotionnel) au moyen d’un barrage constant de violence, de guerres, de sexe dans les médias – en particulier la TV et les journaux.
     b) – leur donnant ce qu’ils désirent – en excès – “junk food” pour l’esprit, et en les privant de ce dont ils ont réellement besoin.
     3 – réécrivant l’histoire et la loi, et soumettant le public à des distractions, en étant ainsi capable de déplacer leurs pensées de leurs besoins personnels vers des priorités extérieures hautement fabriquées.
 
     Ceci prévient leur intérêt et leur découverte possible des armes silencieuses et de la technologie d’automatisation sociale.
     La règle générale est qu’il y a un profit dans la confusion; plus la confusion est grande, plus le profit est grand. Ainsi, la meilleure approche est de créer des problèmes, et ensuite d’offrir des solutions.